« Say what you wanna say and let the words fall out honestly I wanna see you be brave… »

 

Quand je regarde en arrière et que je repense à celle que j’étais il y a 5, 3 ou même 1 an(s), je souris et me dis que j’ai fait tellement de chemin. J’apprends à me protéger et à vivre plus pour moi.

Pourtant.

Je déteste les conflits. Je ne sais pas les gérer. Je prends les choses trop à cœur et je suis trop sensible. Je me laisse encore trop intimidée, trop submergée par l’émotion. Émotion qui me fait trop souvent fondre en larmes à l’abri des regards. Je ne sais pas m’affirmer dans la confrontation et la contradiction. Je répète dans ma tête ce que j’aurais envie de dire, j’ai des réparties toutes prêtes, des vérités bien senties à asséner. Mais, je me dégonfle, je balbutie, je suis maladroite, embrouillée. J’aimerais savoir m’énerver et être crédible. Savoir plus m’imposer.

Et si le mot d’ordre pour 2014 était « affirmation » ?

 

Publicités

2 commentaires sur « « Say what you wanna say and let the words fall out honestly I wanna see you be brave… » »

  1. « je me dégonfle, je balbutie, je suis maladroite, embrouillée. J’aimerais savoir m’énerver et être crédible. »
    Je pourrais avoir l’impression de me lire. C’est extrêmement pesant comme situation : trouver l’équilibre entre l’amour et la gentillesse qu’on porte aux autres et l’affirmation de soi. Tout un travail sur des années, pour trouver ce moment où on se sent bien, sans se laisser bouffer mais en gardant ce qui fait sa personnalité. Je te souhaite de trouver ça cette année, va à ton rythme dans l’affirmation, la prise de risque face aux autres. C’est toi qui sent ces choses là, personne d’autre. Et finalement, sois toi même. Je ne sais pas si tu es comme moi, mais souvent, même en évitant les conflits et la confrontation, je sens que je n’ai pas tout à fait défendu des choses qui m’étaient chères, un avis qui me tenait à coeur, et je me rends compte, qu’en ayant simplement été « moi », j’aurais évité ce conflit qui fait rage en nous, cette confrontation à soi-même. Peut-être moins douloureuse et cafouillante que celle face à l’autre sur le moment, mais qui créait une douleur lancinante, qui nous empêche de nous épanouir !
    Après ce pavé…Bonne semaine 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s