Nos pas dans la neige

Marcher, en silence, dans la neige. Le craquement de la poudreuse sous nos pas, la forêt, le silence, le brouillard. Le dépaysement est total, l’esprit apaisé, rafraîchi. Marcher, marcher, fais attention à ne pas glisser là, tiens si on montait tout en haut de la tour. Le brouillard, partout, qui empêche d’admirer la vue qu’il m’assure être d’habitude si jolie. Atmosphère étrange, unique, semblable à ces landes embrumées si bien dépeintes par les sœurs Brontë. Les lacets de la route, virage après virage, la musique qui nous accompagne doucement, le chauffage pour réchauffer nos joues. Plus bas, la neige a fondu. La colline est boueuse, plantée de vignes en contrebas. Cette fois, la vue est bien là. On monte, un peu. On s’arrête. Silencieux. On soupire. On se regarde et on sourit.

Autre jour, autre promenade. En solitaire. Les cheveux attachés rapidement, un bonnet, ma capuche. Emmitouflée, j’affronte le crachin et la neige fondue. Les écouteurs dans les oreilles, je monte. La neige est là, en haut, dans la forêt qui surplombe notre immeuble. Seule, totalement seule, j’admire la neige qui recouvre les arbres, une branche tombée par terre. Seule, en redescendant, j’esquisse, malicieuse, quelques pas de danse au rythme de la musique qui résonne dans mes oreilles.

Le rituel de la fin d’après-midi, savourer le thé bien chaud et bien sucré. Se caler dans le fauteuil, le pc sur les genoux. Ou avec le livre du moment. Un peu de musique parfois pour accompagner la fin de journée.

Entendre ses pas dans l’escalier le soir. L’entendre respirer à côté de moi quand je m’endors. Me blottir dans ses bras. Rire, faire l’idiote. Faire la cuisine à deux. Parler des vacances. L’Italie ? Le Portugal ? Le Sud-Ouest ? Oh et puis, il faut qu’on aille en Croatie aussi un jour. Regarder le calendrier, cligner des yeux, mais oui, le mois de mars pointe déjà le bout de son nez. Le départ qui s’approche de plus en plus.

Balbutier quelques mots de cette langue étrange, se débrouiller en anglais pour le reste. Découvrir une pizzeria délicieuse, et savourer la chaleur, le brouhaha avant de repartir dans le froid et la nuit. Frissonner, serrer un peu plus fort sa main. Avoir des repères, un peu. Ah tiens, tu sais cette rue, c’est celle qui va vers le café au bord du Rhin où on a bu un thé en octobre.

Se promener au soleil un après-midi, rentrer dans des magasins. Tiens, un magasin de décoration bien sympa. Faire son premier achat dans la monnaie étrangère, deux petits carnets pour griffonner des idées, des notes, comme si je n’en avais pas déjà assez. Mais non, on a jamais assez de ces petits carnets là. Avoir envie de satisfaire sa gourmandise avec ses gâteaux si appétissants, là dans les vitrines du centre. Profiter d’être si près de l’Allemagne pour déguster des brötchens, s’extasier devant les yaourts. Oh tiens, du pudding, oh tiens, si on prenait ces yaourts au muesli.

Ouvrir un carnet, faire des listes. Prospecter, penser à l’avenir, sans l’appréhender. Continuer à apprendre à taire les doutes, les questions qui ne font rien avancer mais qui font tout l’inverse, arrêter de douter pour rien. Lever les yeux et le voir là, devant son ordinateur. Nous voir nous, chacun vaquant à ses occupations, et puis, un geste de tendresse, une complicité, une discussion à bâtons rompus, parler de tout et de rien.

Regarder par la fenêtre, sourire, se relire. Le plaisir d’écrire, de partager, tout simplement. Finir le mug de thé, compagnon fidèle de l’écriture.

Publicités

6 commentaires sur « Nos pas dans la neige »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s