Les chemins

Tu sais, quand j’étais petite, je rêvais d’être maîtresse d’école. C’est pas très original je crois, toutes les petites filles rêvent un jour de devenir maîtresse . Alors, un peu comme toutes les petites filles, en attendant de grandir, je jouais avec mon tableau à craie dans ma chambre avec des poupées et des Barbie en guise d’élèves. A un moment, je me souviens aussi que je pensais que caissière de supermarché était un métier marrant et je me souviens avoir dit à ma mère, un peu interloquée, que j’aimerais bien faire ça plus grande. A l’adolescence est venu mon rêve (inachevé) de devenir journaliste ou écrivain, et que je pourrais écrire dans une maison en bord de mer entourée de chats. En Terminale, j’ai un peu hésité à faire une fac de droit parce que j’avais trouvé un article sur une juge des enfants et je m’étais dit que c’était un boulot qui me plairait. Et puis, au final, j’ai pris une autre voie, j’ai suivi ma passion de l’Histoire qui m’accompagnait depuis que j’étais gamine. Au point même d’avoir eu envie de faire de la recherche, de devenir prof’ à la fac.

Je rêvais de vivre le grand amour, celui que tu vois dans les comédies romantiques, qui chavire tout. Je me disais que je pourrais quitter ma province pour descendre à Paris (oui, j’ai jamais compris pourquoi tout le monde dit toujours « monter à Paris, moi je suis au nord de Paris alors voilà, ça colle pas) et faire Science Po’ pour devenir journaliste politique.

Je me demande parfois à quoi ma vie aurait ressemblé si j’avais choisi une autre voie, si j’avais été en classe prépa’ après le bac, si j’avais été en fac de droit, si j’avais eu l’agrégation. Si j’avais été plus courageuse parfois, si j’avais plus cru en moi surtout.

Et puis, dimanche, je me suis baladée au bord de l’eau, dans la campagne, et je suis passée devant une maison. C’était une maison toute simple, sans rien de particulier. Il y avait un couple dans le jardin, une odeur de barbecue qui flottait dans l’air. Un petit garçon riait et jouait avec un chien. Et je me suis dis que c’était ça que je voulais. Tu sais, le cliché qui fait peur à certains, la vie qu’on peut trouver ennuyeuse. La jolie maison, le bonheur simple du grand amour qui chamboule tout, notre enfant qui joue dans le jardin, un barbecue le dimanche au soleil. Une bibliothèque bien remplie de livres, des voyages de temps en temps, de la sincérité, du confort, du partage. Et de la simplicité. Et se dire que tout ça est possible, réalisable. Que j’ai rencontré la personne qui veut vivre tout ça à mes côtés. Et ça, c’est pas rien, c’est même tout.

Ces derniers jours, je trépigne, je m’impatiente, je me fatigue, avec mon moral en montagnes russes, mes points d’interrogation sur mon avenir professionnel, les échéances qui arrivent. C’est sans doute pour cela que cette note est brouillonne, inaboutie. Mais parfois, ça fait du bien de laisser ses doigts courir sur le clavier et de se laisser entraîner au fil des pensées.

Publicités

14 commentaires sur « Les chemins »

  1. Ton article me touche. J’ai toujours été la « meilleure de la classe » et donc poussée de tous les côtés à aller « le plus loin possible », jusqu’à la révélation, je ne sais plus comment : je ne veux pas forcément aller loin professionnellement et financièrement, mais juste avoir ma maison dans la campagne avec mon chien et Celui que j’aimerai. ALors oui, ton article me touche 🙂

    J'aime

    1. Merci de ton passage 🙂 au final, l’important, c’est d’être heureux(se) dans la vie que l’on choisit 😉 Le dépassement de soi, c’est bien, mais parfois, il faut aussi dire stop et savourer les joies simples de la vie 😉

      J'aime

  2. Je me suis reconnue dans ces montagne russes de la vocation. Mais notre conclusion est la même, comme toi, le bonheur auquel j’aspire se conjugue à deux et rime avec amour, simplicité, complicité, petits plaisirs et petites attentions. Alors moi aussi je m’y vois bien dans cette petite maison qui n’a rien de plus que bien d’autres sur lesquelles on ne se retourne pas. Tout ce que je souhaite c’est d’y être bien entourée 🙂

    J'aime

    1. Merci de ton joli mot laissé ici ❤ elles sont fatigantes ces montagnes russes, mais parfois nécessaires pour avancer, faire des choix…
      C'est un joli bonheur que celui auquel nous aspirons. Je te le souhaite aussi.
      Quant à être bien entourée, je pense que cela est très bien parti… 😉

      J'aime

  3. Article touchant …

    A 12ans, j’ai su que je serai professeur de français (véto finalement non merci, et écrire resterait un loisir) & à 22ans je l’étais en réussissant mon CAFEP une quinzaine de jours avant mes 23ans. A bientôt 35ans, je ne me lasse pas de ce métier qui est au final une vocation …
    Pendant 8ans, je l’ai croisé et en août 2012 notre relation est devenue intime, ce qu’il m’apporte c’est un cadeau inestimable et inattendu. Mais je ne veux ni l’enfant ni la maison ni le chien, je craquerai bien pour le chat si cette maudite allergie ne s’était pas accentuée … Je crois que depuis quelques mois, je ne fais savourer ce qui m’arrive et qui est certes atypique par rapport à certaines idées toutes faites mais qui me correspond totalement …
    Un peu brouillon, tout ce que j’ai écrit, non ?

    J'aime

    1. Pas brouillon je te rassure 😉
      C’est amusant, car tu vois, je ne sais pas si je serais prof’ toute ma vie. Je ne sais pas si j’aurais toujours la flamme, l’envie, la patience dans 10, 15, 20 ans. Le départ me met face à des choix, à des décisions, un peu comme si je me trouvais devant une grande toile blanche… c’est effrayant, mais exaltant aussi.
      Le plus important, c’est d’être heureux avec la vie qu’on se construit, l’avis des autres, au final, ça compte pas tant que ça… 😉

      J'aime

  4. Une fois de plus, je vois que nous sommes en phase (dans les montagnes russes, le questionnement…).
    J’ai pendant longtemps tourné en rond. J’ai étudié à Sciences Po (à Lille, pas Paris), c’était passionnant, mais après je ne savais pas vraiment ce que je voulais faire. Petite, je jouais à la maîtresse, mais ce n’est pas ce que je rêvais de faire plus tard. J’ai beaucoup erré, autour de moi, mes amis commençaient des carrières brillantes, je me sentais nulle. Et puis j’ai décidé d’enfin écouter les petites voix qui me parlaient d’enseignement, et depuis, ça a tout changé. Je me sentais parfois un peu mal, parce que ce métier était moins prestigieux que juge, chercheur, haut fonctionnaire, responsable de la com’ au ministère de la culture, responsable marketing dans le milieu de la musique… (quelques exemples parmi mes anciens camarades !), mais au final, je sais que c’est exactement ce que je veux faire, et je me moque du reste.
    Quant à ce que tu dis, sur le reste… Là aussi nous sommes en phase. Je me disais justement hier que j’avais une chance folle d’avoir quelqu’un qui veut la même chose.

    J'aime

    1. Les montagnes russes en période de stress de concours, je connais bien 😉 A vrai dire, cette note a été écrite après une déception professionnelle, un peu sous le coup de l’émotion je dois dire… 😉
      J’aurais adoré faire Sciences Po’ je crois, et qui sait, je serais peut-être quand même devenue enseignante au final. Je suis heureuse que tu aies trouvé ta voie, et le plus important, c’est d’être en phase avec ses envies et ses souhaits !
      Oui, nous avons une chance incroyable je crois, et je la savoure chaque jour… 😉

      J'aime

  5. Bon comme d’autres, je me retrouve dans tes mots, et je crois même que j’aurais pu les écrire. Quant au grand amour qui chamboule tout, avec lequel tout sera simple, je l’attends encore…

    J'aime

    1. Merci de ton passage ici 🙂 je suis toujours agréablement surprise que mes petites pensées puissent toucher d’autres 😉
      Quand au grand amour, je n’y croyais plus vraiment, et puis… 🙂

      J'aime

  6. En fait, je crois juste qu’on grandit, qu’on mûrit, et que ce qui nous apparaissait peut-être comme « une voie toute tracée », une « routine », une « vie comme celle des autres », finit par devenir attrayante à nos yeux car on a changé, on n’aspire plus aux montagnes russes des sentiments, aux passions et aux tourments, on a accepté que l’exaltation pouvait être plus douloureuse que le calme et la douceur. Tu parles de sincérité, confort, partage et simplicité, je n’aurais pas trouvé de meilleurs termes pour parler de la douceur de cette vie là. Ces 4 mots, juste écrits là sur ton blog, m’ont fait plus rêver que certaines images de paysages de fou sur Pinterest, ou que ces photos de nuits tumultueuses, de coeurs écorchés vifs, ou encore que ces chansons trop tristes de musiciens tourmentés. Non, je ne veux plus de cette vie là, de mon coeur qui s’emballe, des nuits grisantes… en tous cas, si j’en veux c’est à doses homéopathiques, pour mieux apprécier encore le retour au quotidien tout doux, rassurant, paisible, simple, avec mon amoureux, mon chêne, mon phare, et notre petit kid. Oui, une petite maison, un jardinet, un barbecue le dimanche, un chat qui dort au soleil sur la fenêtre, les siestes l’après-midi, les promenades sur les chemins, la longueur des journées d’été à ne rien faire, juste sentir l’odeur des champs alentours, des fruits qui pourrissent un peu dans la cuisine, du bitume chaud… Que ces images me font rêver… et pourtant crois-moi, avant, je freinais des 4 fers car tout ce que je voulais, c’était une vie intense, des cigarettes et des fêtes all night long, de la musique et des concerts, des coeurs qui s’emballent, qui chavirent, des larmes et des retrouvailles bouleversantes. Mon Dieu oui, qu’est-ce qu’on change, qu’est-ce qu’on grandit… merci le temps qui passe! Je me sens tellement plus heureuse et apaisée aujourd’hui. Je te souhaite la même chose, mais tu as l’air plus que bien partie, le chemin que tu as fini par trouver semble t’apporter toute la douceur de vivre que tu pourras désirer. Même si, ne l’oublions pas, il y a toujours des petits sacrifices, rien n’est facile, rien n’est acquis. Mais c’est ce qui fait le sel de la vie non?
    Je t’embrasse ma Lizzie!

    ps : comprends pas… mon netvibes ne met pas à jour ton flux, je loupe tous tes articles!

    J'aime

    1. Tu as tout à fait raison, je pense que ça fait partie du processus de « grandir » 😉 même si je comprends que ce n’est pas la vie dont tout le monde a envie par ailleurs ! 🙂
      Je me sens privilégiée d’avoir quelqu’un qui m’apporte ce confort, cette confiance, ce partage. Et ta vie rêvée me semble bien attrayante aussi 😉
      Merci de ton commentaire ❤ Bises

      PS : tu as mis à jour la nouvelle adresse ? j'ai acheté mon nom de domaine depuis quelques mois, ça vient peut-être de là (alwayschasingthesun.fr) 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s