Seeds of gold

La semaine passée aura été éprouvante, stressante, le moral en berne, le stress trop envahissant. Les questions qui tourbillonnent, qui empêchent de trouver le sommeil. Mon hyper-sensibilité qui me fait prendre tout trop à cœur, qui accentue tout et empoisonne parfois ma recherche de sérénité. J’aimerais être plus forte parfois, moins apeurée et angoissée par les petits tracas du quotidien. Ma semaine troublée par mes problèmes administratifs, toujours et encore. J’ai fini par craquer devant un énième bureau, j’ai failli fondre en larmes. J’aurais donc perdu un mois à naviguer d’une information fausse et contradictoire à une autre, à rencontrer des gens fermés, obtus, incompétents même parfois. J’ai dû hausser très fort la voix au téléphone pour qu’on daigne me répondre. Tout ça pour rien. En soi, ce n’est pas grave, mais ce fut…usant. Cette semaine, il m’a manqué une amie, là, tout près de moi, pour aller boire un thé et manger un Cheesecake et parler de tout, de rien, lui parler de nous, de mes envies, de mes peurs. Parce que parfois, les mails et Skype ne suffisent pas.

Et puis, là, à l’aube de cette nouvelle semaine qui débute, une semaine de vacances avec le début du « autumn break » de deux semaines ici, j’ai envie d’ouvrir la fenêtre et d’aérer en grand mes pensées et de ne garder que les graines de soleil parsemées ici et là dans une semaine un peu grise.

Les journées ensoleillées de l’automne, le ciel bleu et les arbres que j’aperçois de ma fenêtre. Profiter du temps clément pour aller s’aérer au bord du Rhin et marcher, marcher, marcher, jusqu’à sentir son esprit un peu plus apaisé.

Les revoir sur Skype et passer une bonne heure à papoter comme si j’étais là, avec elles, rire, s’échanger les derniers ragots, prendre des nouvelles et juste profiter de les voir. Elles me manquent tant, et j’étais si heureuse ce soir là de les revoir enfin.

Profiter d’un rendez-vous médical en France pour s’offrir des plaisirs gras et ne pas être raisonnable en allant faire un peu de shopping. Mais voilà, c’était trop tentant. J’avais envie d’un chemisier tout simple bleu clair, un gilet camel pour l’agrémenter, oh tiens un joli top imprimé au motif automnal et ce gilet tout doux bordeaux qui irait si bien avec. Renouer avec ce plaisir devenu trop rare du shopping comme ça, juste pour se faire plaisir, et aussi, soyons honnêtes, pour se faire du bien au moral.

Le temps qui se rafraîchit dehors, et renouer avec le thé dégusté après le repas. Un de plus dans la journée, décidément, je suis une thé-addict.

Le rituel du vendredi, celui du rendez-vous sur Skype mère/fille. On a chacune une tasse de thé, qu’on déguste devant l’écran. On se raconte notre semaine, les détails qui ne tiennent pas toujours dans un mail. Elle trouve toujours les mots, là derrière l’écran, pour me remonter quand je suis un peu en bas, pour me rassurer quand je suis angoissée.

Lire après son départ au travail, au chaud sous la couette, avant d’aller prendre un petit-déjeuner. Lire le soir avant de dormir, rituel devenu indispensable. Parfois, deux heures, parfois à peine quinze minutes.

Lui avoir fait aimer AaRON et écouter ensemble ce groupe si cher à mon cœur. La balade en voiture le long du lac de Zürich en musique. Les mots et les notes qui touchent toujours le cœur et le font battre vite.

Ce verre en terrasse en guise de petit apéro sur cette place ombragée avec de l’orgue en fond sonore qui donne une ambiance de fête foraine un peu rétro.

L’odeur du poulet rôti qui embaume tout l’appartement et le goût vanillé de sa panacotta.

Le dimanche qui fait du bien. Tout se dire, même ce qui fait un peu mal parfois, se heurter et se retrouver. Se retrouver, parler, avancer ensemble. Etre heureux, là, ensemble, ici.

La balade autour du lac, les montagnes pour horizon, tomber un peu amoureuse de cette ville si charmante au bord de l’eau. Flâner au soleil, s’asseoir sur un banc pour regarder le paysage sans avoir besoin de parler, juste nos mains qui se frôlent.

(bande son – AaRON – Seeds of gold

Photos personnelles (à l’exception de la première trouvée sur Pinterest)

Publicités

13 commentaires sur « Seeds of gold »

  1. Est-ce que cela veut dire que tu ne peux pas encore obtenir de visa ? Ou peut-être qu’il te faudra un autre genre de visa que celui que tu convoitais ?

    En tous les cas, j’espère que tu oublieras bien vite ce mois si pénible. Je comprends à quel point ces détails, ces postures des gens, ces rictus sur leur visage, peuvent obnubiler. Je sais, ô combien, ce que c’est que de se coucher et de ne pas parvenir à dormir, fatigué pourtant, mais plus encore exténué par la dureté de pierre du quotidien. Il faut apprendre à se protéger, créer des remparts. C’est plus difficile pour des gens hyper-sensibles comme toi, comme moi, mais je suis sûre qu’un jour tu arriveras à ne plus t’en soucier. Il faut entraîner ton cerveau à ne pas s’attarder sur certaines choses, et à se délecter des autres 🙂 C’est un véritable travail mais je t’assure qu’il finira par porter ses fruits. Sois sûre de toi, ne t’attarde pas sur les choses sur lesquelles tu n’as pas de pouvoir. Je sais bien que l’impuissance est souvent perçue par soi-même comme un échec, mais ça n’en est pas un. Mets un pied devant l’autre, n’essaie pas d’avancer plus vite. Enfin, c »est comme ça que je m’y prends 🙂

    J'aime

    1. Merci de ton commentaire 🙂 Il me touche beaucoup et m’aide à poursuivre ce chemin parfois bien sinueux comme tu sembles le savoir aussi 😉

      Pour répondre à ta question, le problème ne se situe pas précisément autour du visa (même si je n’obtiendrais sûrement qu’un permis de séjour temporaire pour le moment considérant que je n’ai pas d’emploi à proprement parler – ou en tout cas pas un qui me permet de m’assumer financièrement – et que je suis considérée comme célibataire ici car nous ne sommes pas mariés), mais plutôt autour de mon assurance santé. Mais je vais devoir payer une assurance ici alors que mon assurance française me garantit l’inverse, tant pis ! Mais c’est surtout la fermeture voire l’accueil désagréable auquel j’ai eu à faire qui ont été les plus durs à avaler je dois l’avouer !

      J'aime

  2. Je croise les doigts pour que tous les trucs administratifs se règlent au mieux et au plus vite.

    Pas toujours simple d’être hypersensible, je le suis aussi … Mais avec le temps j’en ai fait ma richesse, et l’on pourrait dire ma force. Mon truc à moi c’est de toujours profiter de chaque instant, et toujours trouver un peu par hasard au moins une chose qui me fasse sourire, même si tout va mal …

    J'aime

    1. Merci ❤

      Oui je pense que c'est une force, savoir apprécier les petites choses qui paraissent insignifiantes à tant d'autres, c'est une richesse. Mais parfois, c'est aussi difficile dans le quotidien, quand on a tendance à tout prendre trop à coeur (y compris pour la personne avec laquelle tu vis ^^).

      J'aime

  3. Bonjour Lizzie Eleanor,
    Période visiblement difficile pour vous mais en lisant votre blog, je découvre une jeune femme belle et forte intérieurement même si les apparences peuvent dans ces moments là montrer le contraire.
    Vous avez tout en vous sachez le et votre Amoureux l’a bien compris.

    J'aime

    1. Merci de ce commentaire qui me touche beaucoup.
      Et j’ai aussi de la chance d’avoir quelqu’un de fort et de solide à mes côtés, ma force, si tant est qu’elle existe tant que ça, elle vient aussi de lui… 😉

      J'aime

    1. Merci de ton commentaire et de ton passage ici ! Je vais bien, mais comme souvent, écrire permet d’évacuer les petites tensions et autres contrariétés 😉 Je pourrais faire semblant, ne rien dire, ne parler que du beau et du joli, mais ça ne me ressemble pas au final !

      J'aime

  4. C’est la première fois que je passe sur ton blog donc j’ai pas forcément tout compris à ce qui été dit dedans. En revanche l’hypersensibilité j’y ai droit moi aussi, et je me reconnais totalement dans tes insomnies causées par un cerveau bouillonnant d’idées et de questions. Effectuer des tâches administratives c’est souvent ce qu’il y a de plus stressant pour moi et comme toi il m’arrive de craquer quand je sens que je ne contrôle plus comme je le souhaite la situation. Courage, un jour tu en verras le bout puis tout compte fait on s’en sort (un jour ou l’autre).

    Au passage, j’aime beaucoup tes photos, particulièrement celles avec les couleurs automnales, très apaisantes; tout ce que j’aime dans une photo 🙂

    Voilà, je ne pense pas que mon commentaire ait été très « utile » pour toi vu que c’est la première fois que je visite ton blog mais bon après tout je me suis dis que ça pouvait te faire plaisir de savoir que j’ai apprécié lire ton article. Bonne continuation !

    J'aime

    1. Merci de ton commentaire qui me fait très plaisir ;-( tu sais un commentaire n’a pas besoin d’être « utile » 😉 C’est rassurant aussi de savoir qu’on est pas la seule à connaître ce stress, ces sensibilités exacerbées.
      Merci de ton passage ici !

      J'aime

  5. Tes photos sont belles, si douces… Ne perds pas espoir, l’administration ce n’est jamais simple la France est pas mal dans ce domaine d’ailleurs lol Pense uniquement au positif 🙂

    J'aime

  6. Les problèmes administratifs peuvent être éreintants. Je te souhaite du courage et de voir le bout du tunnel très prochainement. En attendant tu as raison, se concentrer sur le beau et le doux, sur les petits bonheurs du quotidien. Très jolies photos!
    A bientôt.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.